Saint Kitts et Nevis (escale 27)

IMG_8673

 

Notre descente vers le sud de l’arc Antillais reprend. La météo étant clémente, nous décidons de prendre notre temps et de faire des sauts de puces d’une ile à l’autre. Sur notre route, à une journée de navigation, c’est Saint-Kitts que nous rencontrons. St-Kitts ou Saint-Christophe baptisé par Christophe Colomb en mal d’inspiration…

C’est par une belle journée avec un bon vent que nous naviguons au portant jusqu’aux premières côtes puis le vent monte en rafales en s’approchant de la terre. Heureusement, protégés par le relief, la mer est plus calme et Kermotu s’en donne à coeur joie. Nous finissons par trouver notre mouillage devant une plage très animée. Il n’y a que très peu de bateau naviguant vers ces îles et cela est étonnant de se retrouver presque seul.

Une fois l’ancre posée, nous découvrons avec horreur que le chauffe-eau, caché dans une cale-moteur, a laché et c’est 200 litres d’eau qui se sont déversés autour du moteur. La chance, c’est que Philippe a regardé avant que la totalité de la cuve ne se vide et noie complètement le moteur!

Dès le lendemain matin, nous descendons à terre faire les formalités de douane. Basseterre est la capitale de St-Kitts et nous sommes très bien accueillis par le douanier de service (lors de la sortie à Nevis, les douanières seront tout autant aimables). Nous sommes très dépaysés en visitant cette ville. Là encore, un quai pour les paquebots géants et une mini-ville aseptisée pour les touristes qui y descendent, nous laissent sans voix. Il faut passer outre et s’enfoncer d’avantage dans la ville pour trouver le véritable St-Kitts. Nous passons la journée à marcher et déambuler dans la ville.

Le soir, nous changeons de mouillage pour espèrer une nuit plus calme. Nous trouvons une jolie plage près d’un port privé pour maxi-yachts et nous faisons la connaissance d’Elsa et Fabrice, bateau-copain Meleah. Nous avons osé aller jusqu’à cette belle marina où, malgré notre petite annexe, nous avons été accueilli comme si, nous étions avec un grand et beau navire ! Quelle agréable sensation….

La route se poursuit vers Nevis et la visite de Charlestown et de ses alentours. Le mouillage sur bouée est bien confortable et rassurant mais nous ne pourrons pas y rester plus de 2 nuits car une tempête tropicale pointe le bout de son nez et nous préférons prendre le large… L’ambiance calme, presque nonchalente, les jolies maisons alternant avec les plus modestes, les belles églises nous ont charmés et nous espérons revenir un jour, pour approfondir la découverte de tous les mouillages répartis autour de l’île.

On vous embrasse.