La Pêche au Trésor (escale 100)

C’est dans l’archipel des Gambier, au Sud-Est de celui des Tuamotu que l’on fera cette pêche incroyable.

Nous avons rencontré Ruita (Louise) et Rémy. Un couple de perliculteurs vivant sur un bateau entre la grande ile d’Akamaru et celle de Mekiro. Nous avons beaucoup sympathisé avec ces deux belles personnes et avons eu envie de leur donner un coup de main pour leur dernière récolte de perles.

Ils font ce métier depuis de nombreuses années mais la difficulté du métier et surtout la chute des cours de la perle les font prendre un autre chemin. Après la récolte des dernières nacres, ils se consacreront entièrement à la culture de la vanille.

Après avoir visité quelques fermes perlières dans les atolls des Tuamotu, nous avions quelques notions superficielles et maintenant, y mettre vraiment les mains nous démange et nous avons trouvé le lieu idéal à Akamaru avec Ruita et Rémy.

Le travail commence dès 6h du matin où nous nous rendons sur les stations (lignes sous-marine sur laquelle sont attachés les sacs de nacres). Le lagon des Gambier est très ouvert sur l’océan et l’eau bien renouvelée permet aux nacres de bien grandir.

Rémy nous amène directement au bon endroit et se prépare à plonger. Les sacs de nacres sont suspendus entre 2 et 10 mètres de profondeur. Ils contiennent chacun entre 10 et 20 nacres. Nous restons dans le bateau pour réceptionner les sacs. Nous sortirons chaque jour entre 50 et 75 sacs. Une fois le compte dans le bateau, nous partons pour la station de lavage, où chaque sac sera karchérisé, ouvert et vidé. Les nacres seront débarrassées de leurs algues et coquillages et rangées dans des bacs que l’on empilera à nouveau dans le bateau puis à terre.

Après avoir vidé et nettoyé le bateau, nous retournons à terre pour une pause bien méritée.

Le travail reprend avec l’ouverture des nacres. Attention à ne pas donner un coup de couteau au mauvais endroit ce qui pourrait endommager la perle. Rémy est un chef dans le domaine et Philippe l’aide au mieux. On sépare les deux coquilles qui seront vendues pour la nacre. On récupère aussi le Korori, le muscle du pied qui se mange comme une coquille St Jacques.

J’ai choisi le plus chouette du travail. Je récupère la coquille et recherche une poche translucide qui contient le fameux Trésor : une magnifique perle. Il faut écraser la poche pour faire sortir délicatement le travail de dix-huit mois : la perle apparaît alors et c’est la surprise de la forme, de la couleur, du lustre. A chaque fois, c’est l’émerveillement.

On collecte toutes les perles dans un grand plat et c’est un vrai plaisir de les remuer et les faire s’entrechoquer doucement pour faire ressortir leur couleur et leur brillance. Elles sont toutes différentes, uniques. C’est magnifique.

Ce fût une merveilleuse expérience de pouvoir participer à ce travail, nous ne remercierons jamais assez nos deux nouveaux amis, Ruita et Rémy et nous leur souhaitons une bonne continuation et une belle réussite dans la vanille. Nous ne les oublierons jamais.

On vous embrasse.