La nurserie d’Akamaru (escale 121)

Kermotu et son équipage a vraiment trouvé son havre de paix dans ce lagon des Gambier.

La vie y est paisible, rythmée par la météo qui permet de sortir toutes les tailles de voiles et de planches… Philippe s’en donne à cœur joie, et emmène souvent « Fifille », le bichon de Ruita, qui commence à réclamer son tour de planche aussi !

Mais à terre, les choses sont plus sérieuses et comme nous avons du temps, nous proposons notre aide pour la fabrication et la mise en place des collecteurs à naissains.

La perle de Tahiti est cultivée exclusivement dans l’huître à lèvres noires, la Pinctada Margaritifera. Ce mollusque a la faculté de se reproduire facilement de façon régulière surtout aux intersaisons.

Lors de la période de ponte des huîtres, des collecteurs sont installés dans le lagon pour permettre aux gamètes mâles et femelles de se mélanger afin de donner naissance à des larves de nacres appelées naissains. Ces collecteurs sont des morceaux de plastique noir accrochés à des cordes. Cela permet de capter les larves des nacres pour qu’elles s’accrochent et grandissent.

L’élevage des bébés nacres est un préalable indispensable à la production des perles. En effet, une huître ne pourra être greffée que lorsqu’elle aura atteint une taille minimale et que certains organes seront suffisamment développés.

Nous voilà donc, petites mains, pour aider à la fabrication de ces sacs.

Cela nous prendra plusieurs jours et lors de la mise à l’eau, nous serons rejoints par François, Didier et Giacomo qui seront d’une aide précieuse pour attacher tous ces sacs au fond de l’eau.

On vous embrasse.

Du jus aux Gambier (escale 120)

L’archipel des Gambier est un des endroits les plus reculés de la Polynésie.

On a navigué à travers les Tuamotu pendant plusieurs semaines, on a attendu que les vents tournent dans le bon sens pour pouvoir arriver vers cet autre petit paradis. Et on a fini par atteindre ce joli jardin d’Eden.

A l’époque des missionnaires, de nombreuses espèces d’arbres fruitiers ont été amené et planté. Aujourd’hui, les jardins et les montagnes regorgent de toutes sortes de fruits. Certains ne sont même plus trop appréciés tellement le nombre d’arbres est important et tellement ils produisent de fruits. On est toujours étonnés et tristes de voir tous ces fruits tombés par terre, en train de pourrir.

On a remarqué que les populations locales préféraient les sodas et le coca plutôt que de manger un bon pamplemousse ou de se préparer une bonne citronnade.

C’est une chance pour les voyageurs comme nous, qui sommes émerveillés de voir cette abondance partout sur les îles de cet archipel. Et encore plus quand on arrive des lagons des Tuamotu où la majorité des arbres sont des cocotiers, où pratiquement aucun autre fruit ne pousse et que le petit paquet de cinq citrons bien avancés, à l’épicerie, coûte dans les 8 à 10€.

La population est très généreuse et très souvent quand on demande à récupérer quelques fruits tombés sous l’arbre, ils sont heureux de nous les donner et même, souvent ils remplissent nos bras d’autres fruits.

Avec nos amis locaux, nous décidons de préparer du jus de citron qui pourra être conservé et bu quand on sera dans des lieux moins généreux. C’est parti pour le ramassage, le lavage, le pressage de quelques kilos.

Pour obtenir le jus le plus pur, nous laissons reposer quelques jours puis nous filtrons avant d’ajouter le sucre. Les cales de Kermotu se remplissent de bouteilles de jus qui feront la joie de nos invités.

On vous embrasse.

GAMBIER, l’Union fait l’ombrière (article 119)

Nous revoilà donc dans l’archipel des Gambier.

Hermine et Paul ont rejoint la France et nous avons ancré dans notre lagon préféré avec nos très bons amis. Les journées sont plutôt tranquilles entre planche à voile, Kite et Wing à foil dont Philippe devient de plus en plus expert. L’endroit est parfait car on peut partir et revenir au bateau directement. Le plan d’eau est plat car protégé par les patates de corail autour. L’eau sous le bateau est cristalline avec juste un petit courant du large pour la renouveler.

Nous passons beaucoup de temps avec nos amis qui ont décidé d’arrêter la production de perles pour se consacrer à un autre trésor : la culture de la vanille.

La vanille est une orchidée grimpante. Elle a été introduite à Tahiti par les navigateurs il y a plus d’un siècle et demi, de plusieurs sources : Mexique, Antilles, Philippines… Les premiers plants s’adaptèrent très vite et les croisements ont fini par donner la vanille la plus parfumée au monde!

Le vanillier nécessite un support pour grimper et trouver de l’ombre. Dans les vanilleraies, on plante généralement au préalable de petits arbres capables de supporter ultérieurement le poids du vanillier.  Le vanillier ne pousse que sous un climat chaud et humide.  La floraison ne dure que 6 semaines par an. De plus, la durée de vie des fleurs est d’une journée environ,  il faudra polliniser à la main, les fleurs en temps utile pour obtenir des gousses de vanille .

Les gousses apparaitront 2 mois après la pollinisation, mais elles mettent 6 à 9 mois pour murir. Ensuite, il suffit de cueillir délicatement les gousses encore vertes puis c’est le soleil de Polynésie qui les sècheront doucement jusqu’à obtenir une gousse noire.

Ce travail qu’entreprennent Ruita et Rémy est énorme, ils ont déjà une petite vanilleraie pour leur consommation personnelle mais là ils veulent en faire commerce et donc agrandir leur parc.

Après avoir préparé le terrain en coupant les arbres gênants, planté les tuteurs et rempli les allées de bourre de coco et de terreau qu’ils préparent eux-mêmes aussi. ils ont installé les lianes de vanille bouturées sur chaque tuteur, une à une. c’est un travail de plusieurs années.

MAIS le souci majeur est le soleil. La vanille ne doit pas être brulée par son rayonnement puissant et la fabrication d’une ombrière semble être la meilleure solution. Rémy y a beaucoup réfléchi et a commandé le matériel nécessaire. la tâche va être compliquée. Nous sommes prêts pour l’aider mais c’est là qu’interviennent les bateaux copains et le travail qui devait durer un mois est fini en quatre jours !

Quel bonheur de voir la joie et le soulagement dans les yeux de nos amis. Tout se termine par un bon diner chez eux.

On vous embrasse.

Paul et Hermine en balade (article 117)

De Hao aux Gambier, Paul et Hermine sont venus partager notre aventure sur Kermotu.

Après une arrivée calme et ensoleillée, nous avons vécu un coup de vent mémorable et tellement inattendu, qu’il aurait bien pu entraîner la fin du voyage.

Mais la chance est avec nous et nous avons pu prendre la mer vers les Gambier. La navigation a duré 4 jours plus ou moins agréable… mais quel plaisir de retrouver ce merveilleux archipel.

Voilà un petit récapitulatif sympathique des vacances de nos enfants.

On vous embrasse.

Méli-mélo aux Gambier (escale 103)

Notre séjour aux Gambier touche à sa fin et nous ne regretterons jamais cette escale. On la classe sans hésiter dans le top 3 de notre voyage.

Peut-être de par son éloignement du reste de la Polynésie, ou par la petite taille de cet archipel ou par la variété de ses paysages et de sa flore et sûrement aussi par nos rencontres inoubliables, autant à terre avec les habitants locaux que sur l’eau avec les voileux.  

Nous avons… 

  randonné dans les forêts et les montagnes magnifiques

  fait du vélo autour de l’île principale, Mangareva,

  glissé en planche, en kite et en wing sur des lagons aux couleurs cristallines,

admiré des couchers de soleil à pleurer de beauté

  mangé des fruits exotiques à gogo,

  rigolé avec les amis et régalés de cochon grillé ou de la pêche du jour,

  navigué sur de petites distances et toujours sur une mer parfaitement plate,

  découvert l’histoire et la patrimoine architectural unique de cet archipel,

  rencontré de nouveaux bateaux-copain et retrouver avec joie les anciens,

  visité le lycée avec sa classe de gravure sur nacre.

Nous nous sommes…

  essayés à la pêche aux langoustes et aux crabes,

  passionnés pour la culture du trésor des Gambier : la perle noire,

entraidés dans l’entretien du bateau ou la confection de nouvelles pâtisseries,

Et plus que tout, nous nous sommes…

émerveillés de la gentillesse et de la générosité des habitants des Gambier.

Notre séjour se terminera par la visite du lycée avec sa classe de gravure sur nacre. Arrivés au beau milieu du travail, nous sommes immédiatement pris en charge par un élève qui va répondre à nos questions et va nous montrer son propre travail ainsi que celui de ces camarades. Le professeur va également intervenir pour nous expliquer la difficulté des jeunes à se lancer dans cette voie malgré leur haute qualification.

Je trouve enfin, une partie du cadeau que je prévois de faire pour la belle réussite au Master en Physique des Matériaux de Xavier et de façon complètement inattendue, le jeune qui l’a fabriqué avec soin, se lance dans une magnifique dédicace qui me fera venir les larmes aux yeux…

On vous embrasse.

Patrimoine aux Gambier (escale 102)

l’archipel des Gambier fut peuplé entre 900-1200 par d’intrépides navigateurs de l’archipel de la société, des Tuamotu, des Marquises et des îles Cook. Puis en 1797, le nom de Gambier fut donné par une expédition Anglaise en route vers Tahiti. C’est en 1826 que le premier européen posa le pied sur l’île.

Les pères Laval et Caret, missionnaires catholiques quittent Bordeaux le 22 janvier 1834 à bord du Sylphide pour Valparaiso. Ils arrivent aux Gambier le 7 août 1834 après un voyage de plus de 6 mois. Ils débarquèrent sur l’île d’Aukena. Le père Laval restera 36 ans aux Gambier.

L’accueil à leur arrivée est assez froid. Ils persévèrent et assurent quelques soins aux indigènes malades. Ils furent ainsi vite adoptés et convertirent tous les insulaires d’Aukena. Mangareva les reçût avec des pierres et c’est encore grâce à des soins prodigués au fils d’un chef qu’ils purent poursuivre leur évangélisation. En quelques années, tout l’archipel était catholique.

Les missionnaires entreprirent alors l’amélioration des conditions matérielles des insulaires. De nouvelles cultures sont introduites ainsi que du bétail, les logements sont améliorés. Ils commencent aussi leur œuvre de construction : églises, routes, port, couvent, presbytère, écoles, collège, fours à pain, puits, prison, tour de guet, etc.

mais en même temps que ces constructions, les pères vont détruire les marae, les idoles et tiki à coups de marteau et de pioche. Les populations des autres îles furent déportées vers Mangareva pour la réalisation de ces travaux. On a recensé 116 édifices antérieurs à 1900. Hélas cela s’accompagna d’un dramatique déclin de la population : 2141 habitants en 1838, plus que 446 en 1885.

De ce passé subsiste un patrimoine historique et religieux hors du commun qui constitue un des principaux atouts touristiques de l’archipel.

On vous embrasse

Mangareva, on est bien là-bas. (escale 101)

Tout au Sud-Est de la Polynésie Française, se trouve le petit archipel des Gambier.

Dans un même lagon de 90 kilomètres de circonférence, sont regroupés les quatre îles principales : Mangareva, Taravai, Aukena et Akamaru, une dizaine d’îlots et un certain nombre de motu.

Pour arriver aux Gambier, nous avons navigué 620 miles nautiques en partant de Makemo, atoll des Tuamotu, soit 4 jours avec une arrivée un peu osée car de nuit mais encadrée par un bateau-copain les Thetys, qui ont eu la gentillesse de venir nous attendre et nous ont montré le chemin jusqu’au lieu de mouillage devant le village.

Quelle belle surprise le matin suivant, de découvrir cette belle île de Mangareva.

Mangareva est l’île la plus grande (15,4 km2) et peuplée par la majorité de la population qui se regroupe essentiellement dans la ville principale : Rikitéa (environ 700 habitants) et Taku (environ 100 habitants ) Deux sommets, le mont Duff et le Mokoto bordent la partie Est de l’île.

Nous sommes émerveillés par l’abondance et la variété de la végétation. C’est tellement différent des Tuamotu qui ne sont riches qu’en cocotiers. Ici tous les arbres fruitiers poussent dans les jardins et dans la montagne aussi. Nous décidons donc de nous élever et de partir randonner sur le mont Mokoto. Thierry, rencontré à Makemo et embarqué sur Kermotu est de la partie.

Après avoir traversé une forêt de pins gigantesques, ramassé des framboises qui finiront en tarte, et grimpé le long de cordes, nous arriverons au sommet qui nous offre une vue dégagée sur tout l’archipel. Nous sommes hypnotisés par la Grandeur et la Beauté de ce paysage. Quelle belle entrée en matière !!

On vous embrasse.

La Pêche au Trésor (escale 100)

C’est dans l’archipel des Gambier, au Sud-Est de celui des Tuamotu que l’on fera cette pêche incroyable.

Nous avons rencontré Ruita (Louise) et Rémy. Un couple de perliculteurs vivant sur un bateau entre la grande ile d’Akamaru et celle de Mekiro. Nous avons beaucoup sympathisé avec ces deux belles personnes et avons eu envie de leur donner un coup de main pour leur dernière récolte de perles.

Ils font ce métier depuis de nombreuses années mais la difficulté du métier et surtout la chute des cours de la perle les font prendre un autre chemin. Après la récolte des dernières nacres, ils se consacreront entièrement à la culture de la vanille.

Après avoir visité quelques fermes perlières dans les atolls des Tuamotu, nous avions quelques notions superficielles et maintenant, y mettre vraiment les mains nous démange et nous avons trouvé le lieu idéal à Akamaru avec Ruita et Rémy.

Le travail commence dès 6h du matin où nous nous rendons sur les stations (lignes sous-marine sur laquelle sont attachés les sacs de nacres). Le lagon des Gambier est très ouvert sur l’océan et l’eau bien renouvelée permet aux nacres de bien grandir.

Rémy nous amène directement au bon endroit et se prépare à plonger. Les sacs de nacres sont suspendus entre 2 et 10 mètres de profondeur. Ils contiennent chacun entre 10 et 20 nacres. Nous restons dans le bateau pour réceptionner les sacs. Nous sortirons chaque jour entre 50 et 75 sacs. Une fois le compte dans le bateau, nous partons pour la station de lavage, où chaque sac sera karchérisé, ouvert et vidé. Les nacres seront débarrassées de leurs algues et coquillages et rangées dans des bacs que l’on empilera à nouveau dans le bateau puis à terre.

Après avoir vidé et nettoyé le bateau, nous retournons à terre pour une pause bien méritée.

Le travail reprend avec l’ouverture des nacres. Attention à ne pas donner un coup de couteau au mauvais endroit ce qui pourrait endommager la perle. Rémy est un chef dans le domaine et Philippe l’aide au mieux. On sépare les deux coquilles qui seront vendues pour la nacre. On récupère aussi le Korori, le muscle du pied qui se mange comme une coquille St Jacques.

J’ai choisi le plus chouette du travail. Je récupère la coquille et recherche une poche translucide qui contient le fameux Trésor : une magnifique perle. Il faut écraser la poche pour faire sortir délicatement le travail de dix-huit mois : la perle apparaît alors et c’est la surprise de la forme, de la couleur, du lustre. A chaque fois, c’est l’émerveillement.

On collecte toutes les perles dans un grand plat et c’est un vrai plaisir de les remuer et les faire s’entrechoquer doucement pour faire ressortir leur couleur et leur brillance. Elles sont toutes différentes, uniques. C’est magnifique.

Ce fût une merveilleuse expérience de pouvoir participer à ce travail, nous ne remercierons jamais assez nos deux nouveaux amis, Ruita et Rémy et nous leur souhaitons une bonne continuation et une belle réussite dans la vanille. Nous ne les oublierons jamais.

On vous embrasse.