Hao, et ses cocos… (escale116)

HAO, l’île de l’Arc ou l’île de la Harpe du fait de sa forme, se trouve au beau milieu de l’archipel des Tuamotu. C’est le quatrième plus grand atoll de cet archipel après Rangiroa, Fakarava et Makemo. Son lagon couvre une superficie de 720 Km².

C’est une île à part par son histoire car à partir de 1964, Hao devient la base reculée des essais nucléaires et verra alors un apport incroyable de capitaux qui modifiera complètement son développement. La population passe de 195 à 1450 habitants en plus les 3000 résidents de la base du Centre d’Exploitation de Pacifique (CEP). Avec toutes les infrastructures qui vont avec, c’est un bouleversement total pour cet atoll.

Quand tout s’arrête en 1996 avec le départ des militaires, c’est le chaos économique, Hao devient une île sinistrée : chômage, camion, hangar, caserne et bâtiments à l’abandon. La population locale ne peut pas entretenir. En 2000, l’armée revient nettoyer une partie des terrains qu’elle avait occupés, mais ce qu’elle a laissé pour la population est très peu entretenu et se transforme vite en ruine.

Malgré cela, on a trouvé le village d’Otepa, bien joli et une population très accueillante. Nous avons navigué tout au sud de l’atoll, vers l’ancien village de Nake où nous avons eu la chance de rencontrer Nefi et Sylvia, des coprah-culteurs qui nous ont partagés les secrets de leur métier. Nous voulions voir aussi la fameuse tombe du dernier roi de Hao qui mesurait, paraît-il, 7 mètres de haut …

Sylvia nous avait donné rendez-vous au village pour voir la vente de leurs sacs de Coprah. Une fois par mois, les travailleurs se retrouvent sur le quai. Les sacs sont pesés après que la qualité du séchage ai été vérifiée. Les coprah-culteurs seront payés à l’issu de cette journée. C’est un travail dur mais chacun est payé en fonction de son propre travail et surtout cela permet de rester sur son île en touchant suffisamment pour vivre correctement.

On vous embrasse.

Amanu, tout y est doux! (escale 115)

Après trois jours de navigation entre les iles des Tuamotu, Kermotu jette l’ancre dans un des plus petit atolls dans lequel les voiliers peuvent entrer. La passe est longue et étroite. Il faut bien-sûr attendre le bon moment pour la franchir, mais cela se passe plutôt bien malgré quelques erreurs de positionnement sur notre GPS.

Nous sommes attendus par Bertrand et Lucia, qui nous aide à entrer dans la minuscule darse du village. Celle-ci a pourtant été agrandie à coup de barre à mine mais les rochers affleurent et le passage reste vraiment très délicat.

Nous faisons quelques emplettes dans le magasin du village, où nous commandons directement derrière un guichet, et nous partons faire le tour du village. C’est un petit village collé à la passe, qui permet de surveiller l’arrivée et la sortie des bateaux. Des pêcheurs nous expliquent leur technique pour éviter les attaques de requins lors des sorties de pêches et cela ne nous empêche pas de plonger admirer les coraux, tout en surveillant autour de nous…

Nous ne resterons que peu de temps car nous avons hâte de retrouver nos amis des Gambier.

On vous embrasse.