Family Islands, les sauvages…(escale 57)

20190410_110948.jpg

Le Voyage de Kermotu est arrivé aux Bahamas après la petite odyssée de 5 jours dans l’Océan Atlantique Nord. Nous entrons par une des îles les plus au sud : Mayaguana. La totalité de l’archipel des Bahamas représente environ 800 kms, 700 îles et 2300 îlots. Il faudrait plusieurs années pour tout visiter. Nous resterons dans les family Islands, au sud puis nous remonterons Les Exumas jusqu’à la Capitale Nassau.

L’entrée dans le lagon de Mayaguana (rare île à avoir gardé son nom indien) reste un moment fort de notre voyage ! Le beau temps est de la partie et donne à l’eau une palette infinie dans les tons bleus qui nous laissent sans voix. La taille du lagon à traverser jusqu’au village laisse le temps pour se remettre de nos émotions. Mais c’est l’extase…. on a jamais vu cela avant et nous sommes dans un état second en débarquant en annexe sur le petit ponton. De terre, les couleurs sont encore plus incroyables et les quelques habitants du village en ont ajouté une couche sur les arbres et à côté pour rendre le lieu encore plus féerique. Nous resterons 2 jours pour faire les papiers d’entrée sur le territoire Bahamien et visiter le petit village où vivent une centaine de personnes. Une impression de « boût du monde » commence très nettement à faire surface et ce n’est pas pour nous déplaire…

Mais si on veut visiter plus, il faut avancer. Notre route nous conduira vers Plana cay. Deux îlots inhabités qui nous permettent de faire escale la nuit avant de rejoindre Long Island. Les distances entre chaque groupe d’ïles sont importantes et correspondent à une belle journée de navigation voire la nuit en plus. Nous débarquons sur cette jolie île toute plate et là encore, nous sommes saisis par la beauté de ces paysages abandonnés. Nous décidons de rester une journée de plus. Chaque départ est accompagné d’un pincement au coeur. On aimerait rester plus longtemps mais on a déjà tellement de chance d’être là!!

On vous embrasse.

Ps : A l’heure où j’écris, nous sommes aux USvi, sur la route vers St Martin. Sans voile, la route devient très longue! Après 4 jours de mer pour rejoindre directement Porto Rico des Bahamas, nous avançons très lentement pour ne pas trop fatiguer les moteurs. Nous avons longé la côte sud de Porto Rico et avons rejoint Les Vierges Américaines où nous attendons, maintenant, de bonnes conditions météo pour atteindre St Martin. Il y a 80 Miles nautiques à faire. Avec vagues et vent contre nous, nous avançons à 2 nds soit 40 heures de navigation. Le we prochain est annoncé plus calme, nous espèrons donc avancer à 3/4 nds, ce qui réduirait le passage à un jour et une nuit. Nous devons y rencontrer l’expert de notre assurance. Le moral est là malgré la peur au ventre encore un peu présente.

 

Et l’impensable arriva… (Article 56)

IMG_7825

Le voyage de Kermotu prend un virage à 180°!

L’article 56 et les suivants devaient vous partager la beauté des paysages découvert aux Bahamas. Bien-sûr ce n’est que partie remise MAIS….

Kermotu a démâté!!!

Hier matin, en naviguant tranquillement vers notre mouillage dans le lagon de Mayaguana, le ciel magnifique, un vent faible de 13 noeuds nous faisait avancer à 5 noeuds. Comme nous arrivions sous le vent de l’île, la mer était calme à légèrement agitée. Nous étions au poste de pilotage à admirer la côte qui se dessinait devant nos yeux.

En quelques secondes incompréhensibles, le mât se met à basculer directement dans l’eau, entrainant les voiles et la bôme. Les haubans, les écoutes, les drisses et tous les boûts se mettent en tension. Le temps que l’on comprenne ce qui se passe et que l’on réagisse paraît bien court et long à la fois. Comment est-ce possible? Que doit-on faire?….

Pour moi, il n’y a pas d’autre choix que de laisser le gréement tomber à l’eau. Plus des 3/4 y était déjà et nous n’avions pas la force physique pour remonter cette énorme poutre. Comme il était encore retenu par les haubans, cela tapait contre la coque et risquait de provoquer une voie d’eau. Munis de scies et de pinces, nous avons scié tous les boûts puis les haubans. Cela nous a pris une petite demi-heure. Comme tout était en tension, nous devions faire attention à ne rien recevoir et ne pas se faire emporter.  Tout le gréement a fini par s’enfoncer  et nous sommes restés impuissants et tristes à regarder la danse des voiles dans la mer puis plus rien…. Par 1000 mètres de fond, le poids du mât et de la bôme a réglé le problème en quelques secondes.

Nous nous sommes pris dans les bras, l’un l’autre, choqués par la rapidité et la violence de ce qui venait de se passer. L’aventure venait de changer de cap…

Dans notre malheur, nous avons eu beaucoup de chance. Le bimini pare-soleil, a protégé ma tête lors de la chute. Le mât a basculé sur le côté du bateau sans abimer les panneaux solaires, ni les bossoirs, ni l’annexe. Les moteurs n’ont rien subi et les hélices non plus. La coque a eu quelques rayures mais sans gravité. Nous avons donc toujours un bateau qui flotte et de quoi le ramener au chantier en Martinique. Philippe a pu rebrancher le pilote automatique et l’Ais. Nous avons encore la VHF portable et les feux de navigation fonctionnent.

Nous commençons à digérer l’évènement et nous allons profiter d’une fenêtre météo favorable pour reprendre la mer :  quelques jours de vent faible à très faible qui permettent de rendre la mer plus plate. Tributaire du niveau d’essence, nous serons obligés de faire des arrêts réguliers pour remplir le réservoir. Turk et Caïcos, La République Dominicaine, Puerto Rico, les Vierges Américaines ou Anglaises puis Guadeloupe et Martinique. On prévoit un périple d’une dizaine de jours en priant que les moteurs ne nous lâchent pas.

On vous embrasse.