Barbuda, nous revoilà… (escale 54)

IMG_4456.JPG

Nous sommes fins prêts pour remettre les voiles.

Quelques jours passés avec les bateaux-copains, les courses faites au grand centre commercial Destreland, tout près de Baie-Mahault et l’achat des fruits et légumes, au marché de Pointe à Pitre. Nous y accédons en annexe par la rivière qui sépare la Guadeloupe en 2 îles. Autrefois les ponts qui enjambent la rivière, s’ouvraient et les bateaux à voile pouvaient passer et rejoindre facilement le grand cul-de-sac Marin. Aujourd’hui c’est hors d’usage et pas de réparations envisagées, mais la balade en annexe est très jolie. Nous accueillons nos nouveaux équipiers. Pour notre plus grand plaisir, Laurent et Erika ont pris goût aux vacances sur Kermotu et nous décidons de partir à Barbuda dès leur arrivée.

Nous levons l’ancre à 17h pour une escale de nuit à Antigua et repartons tôt pour arriver à midi à Barbuda. Environ 80 miles nautiques soit 150 km. Selon les autorités du pays, les clearances d’entrée et de sortie doivent se faire à Antigua, mais selon « radio ponton » c’est possible aussi à Barbuda. Dès notre arrivée, nous nous mettons en quête du seul douanier de l’île. Après une belle marche qui nous fait découvrir Codrington, l’unique village de l’île, nous trouvons le poste de Douane. Très bien accueilli par John Mattieux, le douanier, nous avons en plus la bonne surprise d’apprendre que c’est gratuit !

Barbuda est célèbre pour sa compagnie de Frégates qui nichent au nord de l’île, dans la mangrove du lagon. C’est Geoffrey, le plus ancien et meilleur guide de l’Ile (il y en à 2), qui nous emmenera dans ce magnifique sanctuaire. Superbe oiseau marin avec des ailes longues et pointues et une queue fourchue. Son bec est long et crochu mais son plumage n’est pas imperméable, il ne nage pas, ne peut donc pas se poser sur l’eau, marche mal et ne peut décoller d’une surface plane mais il peut voler 2 mois sans se poser. Il se nourrit de poissons volants qu’il attrape au vol. La femelle a généralement le cou blanc et le mâle possède une poche rouge sous la gorge, qu’il gonfle pendant la période des amours pour attirer les femelles.

Ballade à pieds, ballade en barque, il nous restait la ballade à vélo. Ni une, ni deux, Philippe nous débarque, Laurent et moi sur la superbe plage de Cocoa Point et de là, nous rejoignons Codrington. Une trotte de 30 km AR mais qui vaut le détour pour bien s’imprégnier de l’ambiance de cette île.

on vous embrasse.

2 commentaires sur “Barbuda, nous revoilà… (escale 54)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s