Le clan des Auvergnats (escale 45)

 

 

 

Kermotu a eu le grand plaisir d’accueillir Pablo, 9 mois,  et ses parents Edith et Jacques, pendant deux belles semaines de navigation.

Rencontrés lors des entrainements d’hiver sur Ar-Bir de Philippe M. à la Turballe, on s’est tout de suite très bien entendu. Notre première régate commune est restée inoubliable ! La course a été lancée dans un froid sidéral, un vent glacial et des conditions de vent très difficiles. Nous étions une vingtaine au départ et une majorité a abandonné au cours de la journée. Le parcours était interminable et nous étions tous frigorifiés. Au passage de la ligne d’arrivée, le comité nous fait comprendre que nous avions oublié de virer la dernière bouée !!… D’un même regard, les deux Philippe se mettent d’accord pour écourter le calvaire mais nos jeunes Auvergnats se font entendre :  » On est là, pour gagner, il faut y aller! »  La mort dans l’âme, je reprends les écoutes et nous voilà repartis pour 45 minutes supplémentaires dans le froid et le brouillard. De quoi dégoûter du bateau pour toujours. Mais on finit dans les temps et heureux, tout de même, de ne pas avoir abandonné. Les pieds complètement congelés, qui mettront quelques heures à retrouver leurs aises. Au bar du Port, nous ferons plus ample connaissance et là, nous apprenons que c’est la première fois que Jacques met les pieds sur un bateau ! Quel Baptême du feu et quel courage. Il nous a avoués récemment, qu’en fait cela avait été un vrai calvaire pour lui, mais pas assez pour arrêter.

Fort de cela, nous leur avons proposé un programme chargé en navigations. Embarqués en Martinique, nous sommes descendus jusque dans les grenadines et Union puis remontés vers la Guadeloupe où nous devions récupérer d’autre équipiers. Beaucoup de Miles parcourus mais de belles découvertes, des sessions de Kytesurf pour Jacques, Planche à voile, paddle et snorkelling, la rencontre avec des Dauphins et des Orques.

Nous avons littéralement « craqué » pour l’adorable Pablo qui a été un petit prince pendant toute la croisière. Sans jamais se plaindre, malgré le décalage horaire ou les longues naviguations, il a été toujours souriant et jovial. Il doit tenir de ses parents!

On vous embrasse.

 

 

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s